Imprimer (nouvelle fenêtre)

Sites touristiques

Congis-sur-Thérouanne vous offre cinq sites touristiques. Présentation.

Le château du Gué-à-Tresmes

Présentation

Le château du Gué-à-Tresmes

Le château du Gué-à-Tresmes

En 1753, Mademoiselle de la Myre-Mory transmit le Domaine de Congis à son parent François Jean de la Myre, Comte de Mory d'Honbeinghen, mestre de camp de cavalerie, capitaine des gardes du prince de Conti. Le Comte résida dans la ferme, la Recette, seule habitation du domaine. En 1775, il entreprit la construction d'un château.

Possédé ensuite par différents propriétaires, le château fut racheté en 1946 par l'Etat. En 1949, la façade, la toiture, la salle à manger et le hall d'entrée ont été inscrits dans l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Aujourd'hui, un lycée polyvalent de haut niveau est installé sur le Domaine. Vous pouvez déjeuner ou dîner au restaurant d’application, du lundi au vendredi. Consultation des menus : www.lycee-gueatresmes.fr .

Retour au menu

Contact pour le restaurant d'application

Retour au menu

Le domaine régional du Grand-Voyeux

Présentation

Domaine régional du Grand-Voyeux

Domaine régional du Grand-Voyeux

Ancienne carrière de sable d’une superficie de 242 hectares, le Domaine régional du Grand-Voyeux est un ensemble de milieux naturels - étangs, marais, roselières, prairies humides - qui contribue à la préservation de la diversité biologique. Ainsi, plus de 200 espèces d’oiseaux ont été observées, en 10 ans. Certaines, comme le Blongios nain ou l’Oedicnème criard, sont des espèces menacées.

Depuis avril 2006, il est classé comme Zone de Protection Spéciale (ZPS), dans le cadre du réseau européen « Natura 2000 ». Le statut de réserve naturelle régionale devrait aussi être obtenu prochainement.

Le Grand-Voyeux n’est pas en accès libre pour préserver la tranquillité de la faune sauvage.

Retour au menu

Contact

Retour au menu

L'Église Saint-Rémi

Présentation

Eglise Saint-Rémi

Eglise Saint-Rémi

L'église de Congis portait le titre de prieuré-cure ; donnée en 1135 par l'évêque de Meaux Manassès II au chapitre de la cathédrale. Cette église est dédiée à Saint Rémi, Archevêque de Reims qui baptisa Clovis (437-533).

Trois grandes étapes de construction dans l'édifice actuel sont à distinguer :
- le XIIè siècle : pour la construction du clocher.
- les XIIIè et XIVè siècle : pour la reconstruction du choeur de l'église.

Depuis le 12 avril 1972, le choeur est classé au titre des Monuments Historiques, et plusieurs interventions d'urgence (avec travaux de consolidation) ont été réalisées. Le reste de l'édifice a été inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1949.

Retour au menu

Contact

  • Pour toute visite ou renseignement, contactez l’Association pour la sauvegarde de l’église Saint-Rémi au 01.64.35.52.22 (presbytère).
  • site internet : http://eglise.saint.remi.free.fr/
Retour au menu

L'usine élévatoire de Villers-les-Rigault

Présentation

Usine élévatoire de Villiers-les-Rigault

Usine élévatoire de Villiers-les-Rigault

En 1900, le bassin de la Villette était devenu le 4ème port de fret français avec près de 1 500 000 tonnes déchargées sur ses berges.

Cette activité croissante, durant la fin du XIXème siècle, rend cruciale l’alimentation en eau du canal de l’Ourcq, puisque c’est lui qui alimente les canaux de Saint-Denis et de Saint-Martin.

Or, de 1858 à 1865, des périodes de sécheresses très importantes mettent en péril le trafic fluvial. La navigation est pratiquement paralysée par le manque d’eau (40 jours d’arrêts certaines années sur le réseau des canaux).

Le 14 avril 1866, deux décrets impériaux sont pris, ils autorisent des pompages dans la Marne pour parfaire le débit du canal de l’Ourcq en période d’étiage (niveau d’eau bas).

On entreprend alors la construction de deux usines élévatoires, l’une à Trilbardou entre Meaux et Paris, l’autre à Villers-les-Rigault.

C’est à l'ingénieur hydraulicien Louis-Dominique Girard que l’on doit cette machine exceptionnelle : un ensemble de quatre pompes actionné par deux roues turbines utilisant la chute d’eau du barrage d’Isles les Meldeuses.

L'usine élévatoire de Villers-les-Rigault a été inscrite à l'inventaire des monuments historiques en 1987, puis classée monument historique au titre du patrimoine industriel.

Retour au menu

Contact

Retour au menu

Canal de l'Ourcq

Présentation

canal Villers

Canal de l'Ourcq à Villers-les-Rigault

La légende prétend que l’origine de la construction du canal de l’Ourcq tient dans cette anecdote rapportée par Chaptal, Ministre de l’Intérieur, dans ses Mémoires : en 1801, à la Malmaison, Bonaparte, Premier Consul, lui aurait demandé :

- « Je veux faire quelque chose de grand, d’utile pour les Parisiens. Quelles sont vos idées? »
- « Donnez-leur de l’eau.
Elle se vend à la bouteille à Paris .
Il n’y a ni fontaine, ni abreuvoir, ni moyen de laver les rues. Il faut amener l’eau de l’Ourcq. »


Le corps législatif adopte alors, « sans débat », le 19 mai 1802, la loi créant le canal et la première pierre est posée le 23 septembre. Le financement est pris sur le produit de l’Octroi, complété par une taxe sur les vins !

Les travaux sont confiés à Pierre-Simon Girard vétéran de la campagne d’Egypte en échange de sa loyauté.

L’Empereur exige qu’on lui fasse un rapport tous les dix jours sur l’avancée des travaux. Une question le taraude : doit-on réaliser simplement une adduction d’eau ou une voie navigable? Après avoir vu le canal en eau en forêt de Bondy en 1805, après une pluie, Napoléon 1er décide que l’ouvrage « porterait bateaux ».

C’est ainsi que l’ouvrage traversera les siècles grâce à sa double fonction de canal de navigation et d’aqueduc d’amenée d’eau.

Retour au menu

Pratique

Office de Tourisme Communautaire

  • 43, rue Jean-Jaurès à Lizy-sur-Ourcq (77440)
  • Tél / Fax : 01 64 33 48 43
  • www.tourisme-paysdelourcq.fr
  • Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et les jeudis de 15h à 17h et samedi de 15h à 18h. D’avril à octobre, ouverture les dimanches de 10h à 12h.
  • Renseignements concernant les sites et les hébergements touristiques locaux.

Comité départemental du Tourisme

  • 11, rue Royale à Fontainebleau (77300)
  • Tél : 01 60 39 60 39
  • Fax : 01 60 39 60 40
  • www.tourisme77.com